Le mangamanga africain fait ses preuves dans l’univers du dessin animé. Avec l’industrie cinématographique nigérian Nollywood, l’Afrique dépose sa marque dans l’histoire du petit écran. Aujourd’hui, il est temps d’explorer de nouveaux horizons avec le dessin animé. Nous vous proposons, dans cet article, d’explorer quelques Chefs-d’œuvre du manga « made in Africa ». C’est quoi […]

Le Manga « made in Africa » : le manga africain Le Manga « made in Africa » : le manga africain

Le mangamanga africain fait ses preuves dans l’univers du dessin animé. Avec l’industrie cinématographique nigérian Nollywood, l’Afrique dépose sa marque dans l’histoire du petit écran. Aujourd’hui, il est temps d’explorer de nouveaux horizons avec le dessin animé. Nous vous proposons, dans cet article, d’explorer quelques Chefs-d’œuvre du manga « made in Africa ».

C’est quoi un manga ?

Un manga est une bande dessinée d’origine japonaise. Dans le monde, ce terme se rapporte à une forme graphique particulière, qui reflète un style évoquant une tradition japonaise antérieure. Aujourd’hui et depuis fort longtemps, le « manga » désigne non seulement une bande dessinée japonaise, mais aussi parfois une bande dessinée, des dessins animés, un style graphique ou tout autre produit visuel non-japonais respectant les codes des productions populaires japonaises.

Les Chefs d’œuvre du manga africain

Même s’ils ne sont pas autant nombreux que les productions européennes et japonaises, les mangas africains ont marqué les esprits. De même, les producteurs de mangas japonais s’investissent peu à peu en Afrique. Ils adaptent leurs productions au contexte.

  • La Planète Takoo

La Planète Takoo est un manga de type shonen nekketsunekketsu qui met en avant la culture Afro Caribéenne. Il s’agit du premier manga de Therry Dupré, professeur d’arts appliqués à Kourou. C’est le premier manga afro-caribéen, qui valorise le DjokanDjokan, art martial amazonien.

  • The Last Kamit

The Last Kamit (TLK), est une œuvre originale, dans une Afrique fictive et s’inspirant de faits réels. Le manga aborde des faits exogènes et endogènes à la diaspora afro, souvent méconnus de manière fantaisiste à travers Sanka et Emany.

  • Rêve de Football Africain

Ahmed, est un jeune garçon de 13 ans qui souhaite devenir comme certains de ses amis, une vedette du football international. C’est alors que son père obtint un poste d’instituteur et vint s’installer en ville avec sa famille. Entre le rêve de son père de le voir devenir un grand médecin et le sien de devenir un joueur professionnel, Ahmed a bien du mal à joindre les deux bouts. Chaque jour de sa vie est une lutte qui le rapproche de plus en plus de sa destinée.

Des initiatives salutaires pour le manga africain : Amadiora, Manga Africa et Afro Shonen

  • Amadiora

AmadioraAmadiora est une start-up qui édite, traduit et promeut des histoires africaines et afro, des bandes dessinées, des mangas ou des romans dans le monde entier. Elle a été lancée par trois ivoiriens. Un Amadiora est pour l’Afrique ce qu’un « manga » est pour le Japon et ce qu’un « comics » est pour les États-Unis.

  • Manga Africa

« Manga Africa » est un projet de l’école de manga japonais de Montréal. Le projetprojet a la grande ambition de donner l’envie de lire aux enfants des écoles primaires africaines grâce aux mangas. De même, il s’agit de les initier aux autres disciplines (sciences, langues…) au travers des mangas !

  • Afro Shonen

Le concept vient du Cameroun. Afro ShonenShonen est le mensuel de la bande dessinée au Cameroun qui donne tribune à tous les jeunes créateurs ainsi qu’aux amoureux du genre. Le but est de sérialiser les œuvres les plus plébiscitées par les lecteurs et ainsi contribuer à l’essor du 9e art camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.